Uber dissimule une cyberattaque exposant les données personnelles de 57 millions d’utilisateurs

/, Blog/Uber dissimule une cyberattaque exposant les données personnelles de 57 millions d’utilisateurs

Uber dissimule une cyberattaque exposant les données personnelles de 57 millions d’utilisateurs

Par | 2017-11-29T17:54:29+00:00 novembre 29th, 2017|Actualité, Blog|

Nouveau tremblement de terre dans le milieu de la sécurité informatique : le PDG d’Uber a révélé que les données de 57 millions d’utilisateurs à travers le monde ont été piratées à la fin 2016.

Si cette attaque remonte à Octobre dernier, un des premiers faits surprenants est de voir cette faille à la une de l’actualité plus d’un an après les faits. En effet, la société aurait payé 100 000 dollars aux pirates pour qu’ils suppriment les données, et ainsi tenter de faire comme si de rien n’était. Uber aurait donc essayé de le cacher ce vol de données et c’est le récent CEO Dara Khoshrowhashi, qui aurait décidé de le divulguer publiquement aujourd’hui.

Parmi les victimes de cette faille de données aux chiffres impressionnants figurent près de 7 millions de chauffeurs dont les noms, et parfois, numéros de permis de conduire ont été piratés : ce qui signifie donc que la plupart des victimes de cette attaque sont de simples clients de la marque de VTC.

Pour ce qui est des données dérobées, les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés.

Les données bancaires sembleraient elles préservées, tout comme les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs. Maigre consolation.

Pour arriver à leur fin, les hackeurs à la base de cette faille n’ont pas eu à chercher bien loin : en effet, ils ont pu accéder à un dépôt GitHub privé utilisé par les ingénieurs d’Uber, où ils ont alors tout simplement récupéré des identifiants de connexion. Ces identifiants leur donnaient accès à un compte Amazon Web Services, contenant une archive avec l’intégralité des données précédemment citées.

Si Dara Khosrowshahi, souligne qu’il a été informé « récemment » de cet incident, cette faille de sécurité, à peine révélée, regroupe plusieurs points noirs :

  • Premièrement, de par le manque total de réactivité de la marque auprès des clients concernés : le RGPD, qui sera mis en place dès mai 2018, impose en effet d’informer les victimes de fuites de données sous les 72 heures sous peine d’amendes financières importantes. Outre le fait que ce délai soit légèrement dépassé dans ce cas précis, il semble plutôt logique pour toute entreprise d’informer au plus vite ses clients pour éviter tout impact négatif (financier ou d’image) sur l’entreprise.
  • Autre fait marquant et déstabilisant, le paiement d’une rançon de 100 000 euros aux pirates alors que rien ne garantissait la restitution ou destruction des données, même si la marque semble affirmer le contraire.
  • Enfin, l’absence d’investigations ou d’informations sur la faille humaine ou technique qui a conduit à cette fuite de données est tout aussi surprenante.

Affaire à suivre…